Accueil > Archives > Nouvelles du libre > Nouvelles - 2007 > ODF cède la place à CDF

ODF cède la place à CDF

lundi 17 novembre 2008, par LPI Francophonie 3 Enregistrer au format PDF

« Après des mois de tests, nous croyons que le format CDF du W3C répond, et même au delà, aux besoins du marché. Et cela, sans le recours à des extensions propriétaires [...] nécessaires pour la conversion de documents, d’applications et de processus vers ODF. »

Le couperet est tombé. Après cinq ans d’existence et de soutien du format de fichier ODF (OpenDocument), l’OpenDocument Foundation jette l’éponge et abandonne simplement le support du format qui lui avait prêté son nom, au profit de CDF (Compound Document Format) soutenu par le W3C. La faute à des raisons techniques, d’abord, mais également à des dissensions à l’Oasis, l’organisme qui le développe. Puis enfin, à Sun.

L’OpenDocument Foundation, dont la mission principale est de soutenir un format universel prônant l’interopérabilité, avait, il y a cinq ans, opté pour ODF, estimant qu’il correspondait davantage à leur définition du standard que les autres technologies du marché. L’OpenDocument Foundation est membre de l’OpenDocument Alliance qui, quant à elle, fédère les supporters d’ODF.

Si l’organisme raconte sur son site comment il a été amené à prendre sa décision, Sam Hiser, vice-président de la fondation explique sur son blog que CDF est un format universel plus viable qu’ODF. Concrètement, CDF répond davantage à la « charte d’interopérabilité » de la Foundation en garantissant une meilleure compatibilité avec Open XML, le format de Microsoft, mais également en termes de convergence entre desktops, serveurs et périphériques, de portabilité et de d’indépendance des fournisseurs.

« Sun ne s’intéresse qu’à son application »
Interrogé par nos confrères d’IDG News Service, Sam Hiser admet que des tensions à l’Oasis ont barré la route à l’adoption du standard dans les entreprises. Des dissensions qui ne sont pas en ligne avec la mission de l’organisme.

Une importante part des responsabilités incomberait, selon lui, à Sun qui a donné des signes clairs en février, qu’« il était plus intéressé à rendre sa propre version de StarOffice interopérable avec les formats de Microsoft Office ». Et d’aller plus loin, en suspectant le constructeur et l’accord de 2 Md$ qu’il a noué avec Microsoft, d’être pour quelque chose dans « l’apparent désintérêt du groupe à faire interopérer ODF avec Open XML ».

Au final, l’OpenDocument Foundation devrait changer de nom, sans que toutefois Sam Hiser ne communique sur le prochain nom de baptême.

source : http://www.lemondeinformatique.fr